Passer le menu

Henri IV - le règne interrompu

La chanson polyphonique

Si le terme générique de « chanson » pouvait au XVIe siècle désigner de manière assez générale toute forme vocale profane, la chanson polyphonique fut, spécifiquement, l’un des genres musicaux profanes les plus emblématiques de la Renaissance française. La chanson consistait à revêtir d’un contrepoint savant, le plus souvent à 4 ou 5 voix mais parfois davantage, les poésies les plus éloquentes des meilleurs poètes du temps, tels que Clément Marot (1496-1544), Mellin de Saint-Gelais (1491-1558), Amadis Jamyn (1540-1593), Philippe Desportes (1546-1606)… Dans les années 1570-1580, ce fut essentiellement aux poésies de Pierre de Ronsard que des compositeurs tels qu’Antoine de Bertrand, Guillaume Costeley, Claude Le Jeune, Guillaume Boni, ou François Regnard, portèrent un intérêt tout particulier.

Encouragé par les mouvements humanistes de la Pléiade puis de l’ Académie de Poésie et de Musique, les compositeurs de chansons de la seconde moitié du XVIe siècle bénéficièrent d’une poésie renouvelée, une langue enrichie et influencée par des références antiques. Des formes poétiques humanistes plus caractérisées, telles que l’ode ou le sonnet, servirent de cadre formel à quatre principales thématiques : l’amour, la mort, la fuite du temps, la nature.

Le traitement musical cherchait à illustrer au plus près le texte poétique et à en faciliter une parfaite compréhension par une grande précision prosodique : le contrepoint s’assouplit pour que la scansion musicale soit réglée au plus près sur celle de la poésie, son débit, son accentuation, tandis que la mise en valeur du texte et des « passions » induisirent une palette expressive de plus en plus large, une utilisation plus fréquente de figuralismes ainsi qu’une écriture souvent plus verticale, parfois influencée par la danse ou des références populaires.

Genre exigeant qui supposait une science consommée du contrepoint mais aussi une parfaite intelligence du texte poétique, la chanson polyphonique révélait les meilleurs compositeurs. Comme beaucoup de genres musicaux, c’est sous le règne d’Henri IV que la chanson polyphonique connut son apogée, avant de décliner irrémédiablement au profit de l’ air de cour, genre plus neuf et plus en phase avec les idéaux musicaux et sociaux du temps.

Médias associés à cette fiche

Titre du média : Page de titre du recueil de Chansons de F. Regnard (1579)

Page de titre du recueil de Chansons de F. Regnard (1579)
© Bibliothèque municipale, Orléans
Légende :
Page de titre du recueil de Chansons de F. Regnard (1579)

Titre du média : Concert vocal

Concert vocal
© Musée des arts décoratifs - Hôtel Lallemant, Bourges
Légende :
Concert vocal, école italienne, milieu XVIe siècle
Bienvenue sur le site Henri 4
/1/ Vous souhaitez voir ce site en version flash, ce site nécessite donc que votre poste soit équipé du flash player et que soit activé le javascript sur votre navigateur.

/2/ Si vous n'avez pas flash installé sur votre ordinateur, vous pouvez consulter la version accessible du site.

/3/ Vous pouvez consulter la version mobile du site.
Version accessible